Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Astuces Beauté, Santé et Maison

Recettes, remèdes, conseils, trucs et astuces naturels et économiques pour la beauté, la santé, les enfants et la maison


CAPSULES DE CAFÉ: UNE DOSE DE CANCER À CHAQUE FOIS QUE VOUS BUVEZ UNE TASSE

Publié par sarah sur 10 Juin 2016, 22:05pm

Catégories : #santé naturelle

CAPSULES DE CAFÉ: UNE DOSE DE CANCER À CHAQUE FOIS QUE VOUS BUVEZ UNE TASSE

Les capsules, comme celles vantées par l’acteur George Clooney, contiennent des taux élevés de vapeurs de furane, un composé polycyclique voisin du benzène, qui entre dans la composition de solvants comme le tétrahydrofurane (THF).

Le furane a été reconnu cancérogène chez le rat (leucémies, cancers du foie et de la vésicule biliaire), et déclaré comme cancérogène probable chez l’homme.

Le furane est un composé organique hétérocyclique (un cycle à quatre atomes de carbone et un atome d’oxygène) qui se crée pendant le traitement thermique des aliments. Il s’est avéré être cancérigène lorsqu’on a réalisé des études sur des animaux de laboratoire. Le furane est donc un peu l’homologue de l’acrylamide, une molécule qui se crée dans les aliments grillés (et leur donne leur goût et leur odeur), et qui est aussi cancérigène.

Selon une équipe de chercheurs espagnols, cette substance toxique resterait piégée dans lescapsules de café alors qu’une machine à filtre offre un café qui contient trois fois moins de furane que les capsules car la molécule a pu se dissiper.

Cependant, les experts tentent de nous rassurer : d’après eux, on devrait boire une vingtaine de capsules de café par jour pour risquer quoi que ce soit. Mais ils oublient de préciser à quel délai : si leur affirmation est sûrement vraie à court et moyen termes, qu’en est-il à plus long terme.

Source : S. Altaki, F. J.,Santos et MT Galceran dans Food Chemistry – 2011

Acrylamide : une présence embarrassante

Manger des chips et des biscuits, boire du café instantané nous expose toujours à une contamination à l’acrylamide

Cette substance chimique, potentiellement cancérogène chez l’homme, se crée quand les aliments riches en glucides sont cuits, frits ou rôtis à une température supérieure à 120 °C.

Pour lutter contre ce poison, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) demandait en 2007 aux différents États de pousser leurs fabricants alimentaires à faire des efforts pour diminuer la teneur en acrylamide de leurs produits. Cependant, le récent rapport dans lequel l’autorité européenne analyse 22 catégories d’aliments prouve qu’ils n’ont fait aucun effort.

Seulement trois produits présentent une baisse de leur taux d’acrylamide :
  • les crackers (- 35 %)
  • les biscuits (- 49 %)
  • le pain d’épice (- 27 %)
Cependant, on trouve toujours plus d’acrylamide dans :
  • les biscottes + 36 %
  • dans le café instantané + 370 %
  • ce sont les chips qui, avec 4.804 microgrammes par kilo, qui détiennent le triste record, battant même celui d’octobre 2009 et qui n’était alors que de 4.180 microgrammes par kilo.

Et on peut craindre que la situation ne soit encore moins brillante en France : notre pays a transmis seulement huit analyses à l’EFSA…

À quand l’obligation d’inscrire le taux d’acrylamide sur les étiquettes ?

Pourquoi les capsules de café sont-elles dangereuses?

motilium jarabe source : Amessi

Si une étude menée par des scientifiques espagnols en 2011 a bien montré des quantités jusqu’à 3 fois plus importantes de furane dans les dosettes à café:

Le Parisien

Cette étude est cependant contredite par une étude plus récente:

Selon l’étude menée conjointement par le magazine 60 millions de consommateurs et l’ANSES(Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) en 2013 , on retrouve bien l’acrylamide mais à des quantités qui ne présentent pas de risque pour la santé pour une consommation normale de café (jusqu’à 4 gobelets par jours).

Le furane quand à lui est trouvé à des taux plus importants (jusqu’à 25% de la dose admissible journalière), mais le café étant la quasi-unique source d’exposition pour les individus, ces taux à consommation normale ne sont pas non plus reconnu comme dangereux.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents